Ardechois 2013

Les Experts

 

Un petit groupe d'allumés ont quitté Savigny pour partir a la quête du graal en Ardèche espérant y trouver soleil et chaleur dans cette belle contrée pour courir le fameux trail de l'ardéchois, tout avait été programmé des entraînements d'enfer, un très beau maillot mais dame météo leur a jouée des vilains tours et ils ont du courir dans des conditions dantesques de froid, de pluie, et surtout de la neige malgré cela vous allez pouvoir vivre leurs récits en live. agrémentés des images collectors de nos coureurs-caméramans-photographes Pierre, Tonio et Titi.
 
Laissez vous bercer par leur récits c'est passionnant et éprouvant ....


 

 

Récit d’un week-end en Ardèche ( par Sandrine)

 

Vendredi 26 avril
Départ du parking du stade ; nous sommes tous prêts. Nous partons sous un ciel nuageux mais pas de pluie. Dans la voiture, nous sommes tous un peu inquiets concernant la météo du samedi à Desaignes (village départ) car la pluie est annoncée. On se rassure en se disant que souvent ils se trompent.

Pause repas sur l’autoroute, salade de pâtes au menu, je commence vraiment à en avoir marre de manger des pâtes mais c’est pour la bonne cause, pour être en forme le jour J.

Nous voici en Ardèche, c’est beau mais la route est très sinueuse ; ça ne me réussit pas du tout, j’ai des nausées. Notre sherpa Christian va faire une pause supplémentaire pour que je prenne l’air. Il va même s’arrêter dans une pharmacie pour que j’achète ce qu’il me faut pour limiter le mal des transports.
Arrivés à Desaignes, tout petit village très sympa mais qui nous accueille avec une petite pluie fine. Encore quelques kilomètres et nous arrivons à l’hôtel , hôtel sympa.
Repas à l’hôtel, mon repas sera « light » puisque je ne peux rien avaler : mon estomac n’est pas au top….

Samedi 27 avril
 Levés 5h, ça y est c’est le jour J. J’ouvre la fenêtre il pleut fort mais il ne fait pas froid du tout. Après un petit déjeuner très léger pour moi, gatosport pour certains et pâtes pour notre Cricri. Nous nous retrouvons dans le hall de l’hôtel pour immortaliser l’instant et montrer notre beau maillot « l’Ardéchois » que Christian nous a fait faire. Merci Christian.
Départ 6h15 pour arriver à Desaignes vers 7h. Il pleut un peu et fait un peu plus froid mais rien de méchant. Certains se couvrent un peu plus, prennent un coupe-vent et des gants. Pour la plupart, nous sommes habillés pour une petite sortie automnale un peu pluvieuse. Pour quelques-uns la tenue est encore plus légère ……….
Pour attendre le départ, nous nous abritons sous le préau de l’école. Les experts du 57kms s’échauffent un petit peu.
7h50 nous sommes sur la ligne de départ.
L’organisation nous donne les dernières recommandations comme ne pas courir dans la descente de la citadelle car trop glissant et trop dangereux. Pour les coureurs du 34kms on nous annonce 3kms de plus à cause de travaux forestiers. Je me dis je vais courir 37kms, ça me met un petit coup au moral. Mais pas le temps de s’apitoyer, le départ est donné.
Après 1 tour dans le village pour le FUN (car pas comptabilisé), on commence à monter comme prévu. On s’arrête assez vite pour marcher puis on se remet à courir puis on marche. Voilà ça y est, on est dans le vif du sujet : c’est ça le trail.
On est tous encore en groupe. Quelques experts sont partis un peu devant mais un a dû mal à faire sa course : c’est mon Christophe, il se retourne me regarde, revient vers moi. Je lui dis de partir pour faire sa course mais il a beaucoup de mal. Il me demande si ça va aller je lui réponds ça va être dur mais ça va le faire.
Il finira par partir après que Stéphane et Cricri lui disent : t’inquiète pas on reste avec Sandrine, va faire ta course.

Les experts partis on se retrouve à 4 : Stéphane, Cricri, Patrick (un copain d’Eric) et moi. Après quelques kilomètres notre allure retarde les garçons, on leur dit de partir en promettant à Stéphane de faire la course toutes les 2.
Maintenant avec Cricri on va faire notre course sans embêter les gars. Il se met à neiger, c’est magique et très beau. On trouve ça plutôt sympa. On rattrape Pierre et Fred, Pierre immortalise les moments en filmant avec son téléphone. Au 7ème  km un groupe de musiciens nous donne un peu de chaleur avec leur musique. On commence à en avoir besoin car la température baisse et il continue de neiger.
10ème kms, nous arrivons à la barrière horaire dans les temps : barrière que nous n’avons même pas vu. Par contre on a bien vu les éoliennes, nous passons tout près, elles sont immenses mais ne font pas de bruit. Un petit monsieur nous dit : le paysage est magnifique par beau temps. On le croit mais on a dû mal à confirmer car il neige toujours et il y a du brouillard.  La neige tient au sol, par endroit nous n’avons aucuns abri et on se retrouve dans une tempête de neige mais physiquement je me sens bien.
15ème kms ça va toujours, je bois et m’alimente régulièrement comme les traileurs confirmés m’ont appris. Je me dis que le coup de barre va arriver…….
On aperçoit la citadelle, c’est très beau. Nous allons passer dedans, il faudra attendre un petit peu car il y a du monde. Nous voilà dans la descente de la citadelle, la fameuse descente glissante et dangereuse : c’est vrai nous ne courrons pas. Passage de la cascade sans encombre : je me sens toujours bien même si je commence à avoir froid surtout aux mains. La cascade passée j’aperçois une mare de sang sur un rocher : je me dis pourvu que ça ne soit pas un des gars de notre groupe.
20ème kms je me sens toujours bien. On commence à parler du ravito avec Cricri (prévu au 22ème), j’ai l’impression que Cricri est un peu dans le dur. Elle me dit après le ravito tu pars faire ta course je lui réponds mais non, on va finir ensemble. Le ravito n’arrive pas et Cricri souffre, le ravito arrivera au 25ème.
Je suis quelques mètres devant Cricri, j’arrive au ravito, il y a beaucoup de monde même des spectateurs malgré le temps. J’aperçois une personne aves le coupe-vent rouge de sang, je regarde un peu mieux et là je vois notre Cocoach Vincent avec un énorme pansement à la tête.C’est le choc car il ne semble vraiment pas bien. Heureusement Tonio et Jorge (frère de Tonio) sont venus nous voir, ils vont pouvoir redescendre Vincent à l’arrivée pour qu’il ait plus de soins. Ça fait vraiment plaisir de voir Tonio et Jorge ça motive et ça rassure car ils nous donnent des nouvelles des experts. MERCI Tonio et Jorge.

Cricri arrive au ravito, elle découvre l’état de Vincent .Elle fond en larmes, c’est vrai que c’était impressionnant  cumulé à la fatigue et au froid : notre Cricri a craquée.
Au ravito, on remplit nos camelbacks. Moi je n’arrive même pas à dévisser la poche tellement j’ai froid aux mains. Heureusement le gentil monsieur qui remplit les sacs va le faire pour moi. Je mange un peu mais pas beaucoup car trop froid. Cricri mange plus, elle avait très faim de sucré et de salé. On repart après avoir dit à Vincent d’aller se faire soigner et de se reposer. Il est très déçu (c’est normal) mais c’est lameilleure décision.

Ce nouveau départ va être terrible car nous avons très très froid et nous sommes un peu inquiètes pour Vincent. Le froid va nous transpercer. Mes mains sont totalement glacées, je souffle fort dessus pour les réchauffer. Après quelques kilomètres mes mains sont un peu plus chaudes ça va mieux. Cricri est moins dans le dur mais elle me dit toujours de partir : je ne réponds pas (moi je veux passer la ligne avec Cricri donc je ne partirai pas et puis par moment on est un peu seule donc  a  2 c’est mieux).
Je pense à nos experts du 57, je dis à Cricri j’espère qu’ils vont bifurquer sur le 37 (possible au 32ème km) car avec le froid qu’il fait ils ne vont pas tenir surtout que certains d’entre eux ne sont vraiment pas beaucoup couverts. Christian L et Christophe sont partis sans coupe-vent etsans gants. J’espère pendant plusieurs kms les voir à notre arrivée.
Nous continuons notre parcours dans la boue et la neige, ça glisse beaucoup (une pensée pour Laurent car ça ressemble à un cross mais beaucoup plus long). Nous allons passer encore des cours d’eau, nous ferons une descente au milieu d’un champ d’oursins (pleins de châtaignes). Comme dit Cricri faut pas tomber sinon on va ressembler à des hérissons. Malgré le froid, la neige, le gel  nous gardons notre humour. Tout est gelé maintenant même la pipette pour boire est gelée.
Une autre descente très glissante où Cricri se cramponnera à un bel inconnu. Belle prouesse de ce trailer qui restera debout tout en tenant Cricri ; c’est ça aussi le trail !!!!!!!

Jevais arrêter là le détail de notre parcours sinon je vais vous écrire un livre ………………………………..

Nous arrivons dans le village de Desaignes, nous apercevons Vincent et Fred qui viennent nous accompagner sur les derniers mètres. Ça fait plaisir de voir Vincent, il a été soigné et a le visage plus reposé. Fred est là car il est arrivé trop tard à la barrière du 32ème.
La ligne est toute proche, nous la passerons main dans la main avec Cricri avant de tomber dans les bras l’une de l’autre : un merveilleux moment inoubliable.

Stéphane et Pierre sont également arrivés. Par contre aucune trace des experts, ils sont donc bien partis sur le 57kms : petite inquiétude pour eux par rapport aux intempéries.

Nous allons nous changer, se sera aussi un grand moment puisque nous nous changeons sur le parking, nous sommes trop sales pour nous mettre dans la voiture. Du coup on va mettre un temps fou à quitter nos chaussures et nos chaussettes tellement nos mains sont froides. Pour ma part je vais mettre environ 10 minutes pour défaire mes chaussures. Nous avons du mal à nous réchauffer, nous allons au repas qui est servi mais quasi impossible de manger car nous tremblons trop. Nous arriverons à nous réchauffer environ 1h30 après le passage de la ligne.  J’avais promis aux experts que je viendrais les chercher sur les derniers kms, il est 16h il est grand temps que je m’avance. Cricri et Vincent souhaite absolument venir avec moi pourtant je les sens fatigués. 
Nous apercevons une personne sur le pont avec un coupe-vent, je reconnais Roro, je cours à sa rencontre. Il est vidé et blanc, ses premières paroles : plus jamais de trail, plus jamais. Après il me dit que Christophe ne doit pas être loin derrière lui.  Je l’accompagne jusqu’à la ligne et je repars. 
Cette fois Christophe arrive, je le rejoins et j’aperçois ces mains qui ont triplé de volume, il me dit que c’est le froid ces mains sont gelées.
Je loupe Christian E, qui a passé la ligne mais qui redescend chercher Eric, j’accompagne Eric sur les derniers mètres. Eric semble vidé également.
Je repars chercher Christian L, Vincent et Cricri ont avancé. On est à peu près à 1km de l’arrivée, Christian L arrive il a froid lui aussi et on l’accompagnera jusque sur la ligne. Cricri s’est blessée en courant avec nos experts.

Tout le monde est arrivé, me voilà soulagée. Maintenant on va tous se raconter notre grande et belle aventure.
Un regret quand même ne pas être allé chercher les experts  5kms avant l’arrivée comme je leur avais dit la veille !!

Je laisserai aux experts raconter leurs aventures en détails. Ce que je peux vous dire :
- Roro était devant
- Christian E, Christian L, Eric et Christophe ont courus ensemble jusqu’au 32ème
- Eric a fait trois chutes sans gravité
- ils ont tous eu très froid

 

Un récit de notre bouquetin des cimes Ardèchoises par Christophe G  alias Titi )

 

Que dire de plus après le récit de notre « Sandrinette ».

Ah oui, je pourrais vous parler d’un trail en Ardèche d’une distance de 57kms par un beau jour de printemps. Je pourrais vous parler du beau temps, des beaux paysages, des secours sur la course……… que ni-ni…… 
C’était un samedi sous un temps nuageux, pas trop chaud avec de la bruine. Il est 7h50 le speaker annonce aux traileurs/traileuses du 34kms qu’il y aura 3kms de plus (pas coll pour le moral !!!!)

A 8h00, un petit tour dans le village « Desaignes et c’est parti pour combien de temps, ça on ne compte pas …..

Dès les premiers kilomètres ça monte (10 premiers kilomètres 700m de dénivelé ! ça commence pas facile….)

On part groupé, sauf 2, notre simplet qui est parti comme un cabri mais comme dit Christian L on le retrouvera au 20ième km et ce sera presque ça car on le retrouvera au 25ième. Le second c’est notre maître des trails, notre sherpa chef, Roro, qui malgré un estomac très barbouillé fera sa course seul jusqu’au bout. Chapeau !!!!!

Nous sommes donc tous les 3, les 2 Christians et moi-même, on se préserve en se ravitaillant, en prenant soin de boire malgré le temps froid et humide, en s’encourageant et en prenant soin les uns des autres (on s’aide a fermer nos sacs, on se donne des bouteilles de coca….). Deux gugus ont cru qu’ils feraient beau et chaud en grimpant à 1200m Chrstian L et moi sommes partis en « bikinis » mais nous allons le regretter. On trouve la neige à 1200m BrrrrrrrBrrrrrr !!!! On a froid mais on continue, on ne s’arrête pas sinon on gèle.

Ravito 25ième kms au lieu du 22ième comme prévu, on est toujours tous les 3 et on retrouve notre Riri tout content de nous voir. On trouve Tonio et Jorge ça fait vraiment beaucoup de bien au moral de voir quelqu’un que l’on connait. On repart gonflé à bloc pour encore quelques heures………

On cherche la bifurcation pour le 57kms qui doit arriver au 29ième mais comme le ravito elle n'arrivera que 3 kms plus loin au 32ième. Je ne me pose aucune question malgré les intempéries je pars sur le 57kms, je me sens bien et on est largement dans les temps (1h d’avance sur la barrière horaire). Deux de l’équipe se poseront la question, on y va ou on n’y va pas…….. finalement ils viendront sur le 57kms en se promettant de ne pas se quitter. Comme promis a mes co-équipiers de courses je suis resté jusqu’à la bifurcation. Après l’autorisation des anciens, je pars à l’allure, seul pour finir les 25kms restants. Les conditions seront de plus en plus dures, si froid que mes mains triplent de volumes…. de grosses engelures…….

Mes ex-compagnons de courses resteront ensemble jusqu’à la dernière  « côtelette » vers le 48ième kms, côte au milieu des genêts qui fera très mal à tout le monde (même pour le premier de la course c’est rassurant). Cette côte sera synonyme de belles gamelles de notre Riri digne d’aiguilleur sur le quivive. Bravo Eric, Mr Gamelle-respect-mais peut-être pas trop lucide sur la fin……

Christian L attend en haut de la « côtelette » tandis que Eric sur un élan par en catimini pour essayer de finir au mieux……sans succès……il finira mais rira jaune de douleur je crois.

Christian E finira son trail sur les chapeaux de roues à deux doigts de me rattrapper. C’est notre nouveau sherpa qui a bien avalé les 57kms…….chapeau Christian.

Christian L ayant attendu , peut-être trop car il s’est refroidi et il y a finalement laissé des « plumes » mais a su gérer sa course comme d’habitude et a fini digne d’un sherpa du COS.

Superbe sortie trail avec tous les trailers et trailleuses en entiers, juste une belle cascade de notre cocoach papy Vincent qui s’en est bien sorti malgré le « coco » sur le front mais c’était pas la peine d’en rajouter t’es beau avec ta barbe papy, on t’aime comme ça…. 
Enfin une belle frayeur pour lui et pour nous……………
Ah oui j’oublié un bléssé à l’auriculaire, pour Stéphane son premier trail dans des conditions extrêmes ……

Vivement l’année prochaine pour que l’on recommence un nouveau trail

 

 

 

La vision d'un sherpa a la découverte de l' Ardèche ( par Christian E notre sherpa )

 

« Roland, le warrior seul du début jusqu'à la fin, chapeau l'artiste .

Une mention spéciale pour mes compagnons de course, un grand grand merci à vous trois

         - Christophe qui n'a jamais donné l'impression de douter et qui m'a amené tranquillement jusqu'au 32 en prenant soin de moi (un vrai père pour moi) , sa sérénité m'a énormément aidé : superbe course surtout la deuxième partie quand il court pour lui... un jour faudra qu'il parte dès le début mais je suis content que tu ne l'es pas fait ce week-end.

          - Christian L  qui m'a attendu jusqu'au bout surtout dans la dernière montée, j'ai mis 18 mn pour faire ce km 49, et après j'ai trop froid sans courir et laisse Christian finir seul. (oui entre temps, notre ami Eric tentait une échappée dans la dernière ligne droite mais bon on va y arriver). mais la prochaine fois prends tes gants et ton kway.

          - Eric, hésitant comme moi à la bifurcation entre le 37 et le 57 km, me motive pour faire le 57 en me promettant de rester avec moi jusqu'au bout enfin presque ... Il m'accompagne jusqu'au 49 km hormis quelques glissades personnelles dont il a le secret. Il tente une échappée au 49 mais une dernière glissade (enfin la dernière que j'ai vu) lui est fatale. Elle était magnifique. On lui avait dit de ne pas rouler en Salomon c'est de la merde ça n'accroche pas sur la neige!!.  Je le remotive et finis un peu devant lui mais juste pour pouvoir le chambrer gentiment  jusqu'à la prochaine course »

 

Click to download in MP4 format (332.38MB)

Et pour finir, quelques photos:

Et 57 autres photos › Afficher l'album

Et encore celles ci : Photos

Chiroquoise 2012

Chiroquoise

Vannes 2012

Photos du marathon de Vannes.

Vous en trouverez d'autres sur Google Picassa en cliquant sur l'image ci-dessous:

Départ

 

Vous trouverez les résultats ici -> Résultats

 

Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012
Vannes 2012
Vannes 2012 Vannes 2012

Ambazac 2012

Ambazac départ

Une virée à Bagnoles

Nous avons l’honneur et le privilège d’effectuer le compte rendu de la sortie automnale du club à Bagnoles de l’Orne en ce week-end de septembre de l’an 2010.Le groupe

Devant les nombreuses réactions envoyées par tous, nous n’avons pu résister au plaisir de vous associer au souvenir de cette charmante et inoubliable aventure…Que le week end était super, que l’organisation était trop, qu’on a bien mangé, bien dormi, bien couru, que mamie la canne manie bien la sienne, …….. ( Laurence).

 

Les foulées dans ...

11.03.2018 9:45 90 Jours

Bientôt

SORTIE DIMANCHE


 

PROCHAINE SORTIE MARCHE NORDIQUE DIMANCHE 3 DECEMBRE 2017 CLIQUER ICI

Résultats

resultats 2017 SA91
resultats 2017 SA91
resultats 2017 SA91